Avant d’expliquer pourquoi le BSIF, l’organisme de réglementation canadien, devrait lever son plafond sur les dividendes dès que possible, nous aimerions souligner le lancement récent du FNB amélioré vente d’options d’achat couvertes multisectorielles Hamilton (symbole : HDIV), un portefeuille équipondéré de sept FNB d’options d’achat couvertes établis dont la composition sectorielle correspond en général à celle du S&P/TSX 60. HDIV utilise un effet de levier modeste de 25 % pour soutenir des rendements potentiels à long terme plus élevés et pour atténuer le compromis rendement des dividendes/rendement inhérent aux stratégies d’appels couvertes.

HDIV a un rendement cible de 8,50 %, versé mensuellement, et cherche à reproduire le rendement avant frais de 1,25x Solactive Multi-Sector Covered Call ETFs Index (l’indice). L’indice a un rendement total annualisé (sans effet de levier) de 9,7 % sur cinq ans, supérieur à celui de l’indice S&P/TSX 60 (9,4 %)[1]. Pour plus d’informations sur HDIV, veuillez consulter la page web de HDIV et vous référer aux “Questions et réponses sur HDIV“.

Passons maintenant aux dividendes et au BSIF. Depuis deux trimestres, nous sommes d’avis que le BSIF devrait permettre l’augmentation des dividendes. Toutefois, étant donné que le BSIF n’a encore fait aucune annonce, il semble probable que les banques n’augmenteront pas les dividendes cette semaine (ce qui coïncidera avec la publication des résultats du troisième trimestre) et que les investisseurs devront attendre la publication des résultats de fin d’année en novembre/décembre, à moins que les banques ne fassent une annonce au milieu du trimestre (ce qui n’est pas habituel). À ce moment de la reprise, nous pensons qu’il n’y a aucune raison politique impérative de maintenir le plafond. En fait, au fur et à mesure que le temps passe, le plafond semble de moins en moins logique.

Les deux mesures les plus importantes de la stabilité financière – les revenus et le capital – n’ont jamais été aussi élevées pour les banques canadiennes. Le trimestre dernier, les banques ont réalisé plus de 14 milliards de dollars de revenus cumulés, soit environ 17 % de plus qu’au trimestre précédent la pandémie. Le ratio de capital le plus important au monde – CET1[2] – n’a jamais été aussi élevé pour le groupe. En outre, les banques ont mis de côté plus de 20 milliards de dollars de réserves/de provisions pour les prêts performants, ce qui est gigantesque et constitue un formidable amortisseur contre les défis inattendus. Au fur et à mesure que les réserves se normalisent, nous nous attendons à ce que 4 à 6 milliards de dollars supplémentaires soient libérés par le biais des bénéfices et du capital, renforçant ainsi la capacité du secteur à verser des dividendes. Les pertes sur prêts restent faibles et devraient le rester pendant plusieurs trimestres, ce qui favorisera également la génération de capital.

En fait, il est difficile de trouver un seul élément dans les résultats des banques qui justifie le moratoire actuel sur l’augmentation des dividendes. Il est possible que le BSIF adopte une position très prudente, compte tenu de l’augmentation des cas de COVID et du caractère saisonnier imminent du virus. Toutefois, comme plus de 64 % des Canadiens ont été entièrement vaccinés, le pays est bien préparé à faire face à la situation. Nous pensons qu’un argument tout aussi solide en faveur de la levée du plafond serait de soutenir le grand nombre de Canadiens qui dépendent des dividendes bancaires pour leur revenu et d’aider à atténuer certains défis financiers liés à la pandémie.

Nous pensons que le moment de lever le moratoire était le trimestre dernier et que le BSIF devrait donc lever ses restrictions sur les dividendes maintenant. Les arguments en faveur d’une reprise des augmentations de dividendes sont considérables – les graphiques ci-dessous en témoignent. Du bon côté des choses, plus le BSIF attend, plus l’augmentation éventuelle sera élevée.

Pour capitaliser sur les puissants fondamentaux des banques canadiennes, les investisseurs devraient envisager le FNB amélioré banques canadiennes Hamilton (HCAL). Soutenu par un effet de levier modeste (25 %), HCAL offre un potentiel de rendement à long terme plus élevé et un rendement de dividende plus élevé (actuellement 5,10 %[2], versé mensuellement). Les investisseurs peuvent également envisager le FNB indiciel retour à la moyenne – banques canadiennes (HCA), qui cherche à reproduire les rendements (nets de frais) du Solactive Canadian Bank Mean Reversion Index et offre un rendement de dividende de 4,11 %[4] (versé mensuellement). Pour les investisseurs qui ont une allocation complète et entière aux banques canadiennes, nous leur recommandons de considérer le FNB indiciel équipondéré – banques australiennes Hamilton (HBA), qui a un rendement de dividende de 5,25 % et dont les positions, selon nous, représentent des jumeaux fraternels de leurs homologues canadiens, tout en offrant une diversification supplémentaire (voir “Australian Banks: Outperformance vs Canada (akin to Canadian Bank #4)” pour plus de détails).

 

Aperçus connexes :

Globe & Mail on HDIV: Canadian ETF tests conventions with high yield on a portfolio of quality stocks (21 juillet 2021)

Press Release: Hamilton ETFs launches Hamilton Enhanced Multi-Sector Covered Call ETF (20 juillet 2021)

Banques canadiennes : Résultats domniés par les libérations des réserves : points à retenir T2-21 (en graphiques) (3 juin, 2021)

Banques canadiennes : Le catalyseur n ° 2 (libérations de réserves) approche (3 mai 2021)

Banques canadiennes : Les analystes sous-estiment-ils (encore une fois) la reprise ? (19 avril 2021)

Press Release: Hamilton ETFs Announces Name Change for HCAL (1 avril 2021)

Video: “Canadian Banks – Three Catalysts for 2021” (17 février 2021)

Fintech / Banques canadiennes : les banques numériques autonomes peuvent-elles perturber les opérateurs en place ? (17 janvier 2021)

____

Un mot sur la liquidité de négociation pour les FNB …

Les FNB de Hamilton sont très liquides et peuvent être achetés et vendus facilement. Les FNB sont aussi liquides que leurs actifs sous-jacents et les actifs sous-jacents sont négociés chaque jour en millions d’actions.

Comment ça marche ? Quand les investisseurs achètent (ou vendent) un FNB sur le marché, ils peuvent négocier avec un autre investisseur de FNB ou un teneur de marché pour le FNB. À tout moment, même si le volume quotidien semble faible, il y a un teneur de marché – généralement un grand courtier en valeurs mobilières appartenant à une banque – prêt à combler l’ordre du FNB (à la valeur liquidative plus un écart). Le teneur de marché souscrit ensuite pour créer ou racheter des parts du FNB par le gestionnaire du FNB (par exemple, Hamilton ETFs), qui achète ou vend les titres sous-jacents pour le FNB.

[1] Taux de croissance annuel composé du 31 juillet 2015 au 19 août 2021.
[2] Ratio de capital CET1 – “Common Equity Tier 1”
[3] Au 19 août 2021
[4] Au 19 août 2021

Hamilton ETFs:
focused 
solutions 
for 
your 
portfolio.

Stay Informed!

We are Canada's leading specialists in the financials sector.
Subscribe to get notified of our latest insights, updates and upcoming events.