[Toutes les valeurs sont en dollars américains sauf si indiquer contrairement]

Comme nous l’avons noté dans l’aperçu de la semaine dernière, « Sociétés financières américaines : encore attrayantes (en particulier celles à moyenne capitalisation) », la reprise des fusions et acquisitions des banques américaines au quatrième trimestre 2020 – un signe clair de la conviction de la direction que la reprise économique était bien engagée – a pris de l’ampleur en 2021, y compris plusieurs transactions concernant des sociétés du portefeuille FNB Sociétés financières américaines à moyenne/petite capitalisation Hamilton (symboles : HUM, HUM-U) ainsi que le FNB Sociétés financières mondiales Hamilton (symbole : HFG). Selon S&P Global, 33 transactions bancaires américaines ont été annoncées au premier trimestre et 10 autres au cours des trois premières semaines d’avril[1]!

La consolidation est un thème séculaire dans le secteur financier américain depuis les années 1980. Il s’agit d’une tendance cyclique, fortement dépendante du sentiment du marché et de l’environnement économique. La pandémie a vu l’activité ralentir, car les banques ont évalué leurs propres portefeuilles de prêts à la lumière de l’incertitude économique. Avec l’économie ayant tourné le coin, les taux d’intérêt plus bas pour long, et les coûts des investissements technologiques accrue, nous pensons que les fusions et acquisitions des banques américaines, particulièrement dans l’espace des petites et moyennes capitalisations, continueront à s’accélérer.

De plus, nous pensons que les commentaires de la direction sur les appels aux résultats du premier trimestre 2021 au cours des deux dernières semaines soutiennent nos attentes en matière d’accélération des fusions et acquisitions, particulièrement dans les régions à croissance plus élevée du Sud-Est et du Sud-Ouest. (Étant donné son exposition significative aux banques à moyenne/petite capitalisation dans la ceinture solaire, le FNB Sociétés financières américaines à moyenne/petite capitalisation Hamilton, symboles : HUM, HUM-U, devrait bénéficier de cette tendance).

Voici une sélection d’extraits des appels du 1er trimestre, organisés par région (traduit de l’anglais) :

Sud-Est :

  • « Nous avons passé plus de temps, probablement au cours des deux derniers mois qu’au cours des deux dernières années, à analyser et à examiner le marché et à consacrer du temps aux fusions et acquisitions. Nous serions disposés à faire une transaction en espèces ou une combinaison d’espèces et des actions. » (Banques d’actifs 20 à 50 milliards de dollars)
  • « Notre objectif principal en matière de capital est la croissance organique et les fusions et acquisitions. Je pense que les conversations sur le marché des fusions et acquisitions ont été robustes et se sont augmenté au cours des six derniers mois, et je pense donc qu’idéalement, nous le mettons dans les fusions et acquisitions. » (Banques d’actifs 5 à 10 milliards de dollars)
  • « Nous avons en quelque sorte dit que notre point idéal se situe entre 3 et 10 milliards de dollars. Nous sommes très stratégiques dans notre façon de voir les fusions et acquisitions. … Il existe probablement d’autres opportunités non-bancaires qui pourraient également exister. » (Banques d’actifs 20 à 50 milliards de dollars)
  • « Donc, il y a beaucoup de conversations, beaucoup de conversations vraiment excitantes en cours. Nous continuons à nous concentrer vraiment sur les petites banques, c’est maintenant … 3,5 milliards de dollars ou moins. » (10 à 20 milliards de dollars en actifs)
  • « Il y a beaucoup de dialogues en cours. Et donc, nous continuons d’évaluer les possibilités de fusions et acquisitions à travers le front. … » (Banques d’actifs 20 à 50 milliards de dollars)
  • « Du point de vue des fusions et acquisitions, je dirais que notre carte de danse se remplit. Nous sommes très actifs dans les discussions d’aujourd’hui. … Nous pensons donc que c’est une excellente occasion pour nous, surtout avec la valeur de notre monnaie d’aujourd’hui. » (Banques d’actifs 20 à 50 milliards de dollars)
  • « … nous restons principalement avec les plus petits 2 milliards de dollars … à 4 milliards de dollars à ce stade. Nous n’avons pas peur de faire une affaire de 10 milliards de dollars … Je vais juste vous dire que nous avons toujours aimé la Caroline du Nord et du Sud nous avons toujours aimé le Texas. » (Banque d’actifs 10 à 20 milliards de dollars)

Sud-ouest :

  • « Et puis sur le front des fusions et acquisitions, … nous avons le capital excédentaire que nous voulons déployer vers les fusions et acquisitions. Nous avons l’impression que… c’est un environnement relativement sain. » (Banques d’actifs 10 à 20 milliards de dollars)
  • « Je pense qu’il y a deux principaux moteurs [de la consolidation] … le désir de répartir la base de dépenses de façon plus large et … l’investissement dans la technologie … nous nous attendrions à avoir l’opportunité de participer à l’acquisition à l’avenir. » (Banques d’actifs 20 à 50 milliards de dollars)

Nord-Ouest /Ouest :

  • « … juste mesuré par le nombre d’appels téléphoniques que nous avons reçus et les personnes qui veulent parler de transactions, c’est très occupé. » (Banque d’actifs 10 à 20 milliards de dollars)
  • «il y a beaucoup de conversations qui se produisent. Je pense que nous aurons l’occasion d’examiner les cibles potentielles. » (Banque d’actifs 10 à 20 milliards de dollars)

Mi-Ouest :

  • « … nous sommes très intéressés par les fusions et acquisitions à ce stade maintenant que le brouillard de crédit est en quelque sorte levé ici. … Je dirai que les conversations sont actives, et je suis d’accord avec vous pour dire qu’il semble certainement que les fusions et acquisitions sont devant nous à Chicago. Nous sommes donc prêts et très intéressés à trouver un partenaire stratégique. » (Banque d’actifs < 5 milliards de dollars)
  • « … le marché se réchauffe à l’échelle nationale sur le front des fusions et acquisitions, et nous commençons à le sentir un peu plus ici, dans le Haut-Mi-Ouest, et nous serons dans ces discussions au fur et à mesure. » (Banques d’actifs 5 à 10 milliards de dollars)
  • « Nous sommes dans de très bonnes conversations approfondies… ça s’est vraiment accélérer au cours des trois ou quatre derniers mois et je suis très positif et j’ai bon espoir que ces choses se produiront cette année » (Banque d’actifs < 5 milliards de dollars)

Nord-Est :

  • « Un grand nombre des plus grosses transactions aux niveaux plus élevés que nous avons vues au cours des derniers trimestres, donnent l’impression qu’il s’agissait en quelque sorte des transactions de type MEO et plus d’ententes de partenariat. … nous sommes ouverts à cela. » (Banque d’actifs 5 à 10 milliards de dollars)

 

____

Notes connexes

Sociétés financières américaines : encore attrayantes (en particulier celles à moyenne capitalisation) | 19 avril 2021

Les fusions et acquisitions de données de marché accélèrent la transition vers un avenir numérique | 10 février 2021

U.S. Banks: The Return of M&A – A Clear Sign of Bankers’ Conviction in the Recovery | 16 décembre 2020

Global Financials: The Most Attractive/Important Investment Themes in 2021 | 16 novembre 2020

Financials: Does COVID-19 Represent a Growth Scare, Credit Event or Crisis? | 25 mars 2020

One Chart: U.S. Bank M&A Doubles in 2019 (and Why We Expect More) | 24 janvier 2020

U.S. Bank M&A: Another Accretive MOE, Another Positive Market Reaction | 6 novembre 2019

What U.S. Investment Bankers and Banks are Saying about M&A | 23 septembre 2019

U.S. Bank M&A: 8 Drivers as Described by Industry Giant, Rodgin Cohen | 29 mai 2019

____

Un mot sur la liquidité de négociation pour les FNB …

Les FNB de Hamilton sont très liquides et peuvent être achetés et vendus facilement. Les FNB sont aussi liquides que leurs actifs sous-jacents et les actifs sous-jacents sont négociés chaque jour en millions d’actions.

Comment ça marche ? Quand les investisseurs achètent (ou vendent) un FNB sur le marché, ils peuvent négocier avec un autre investisseur de FNB ou un teneur de marché pour le FNB. À tout moment, même si le volume quotidien semble faible, il y a un teneur de marché – généralement un grand courtier en valeurs mobilières appartenant à une banque – prêt à combler l’ordre du FNB (à la valeur liquidative plus un écart). Le teneur de marché souscrit ensuite pour créer ou racheter des parts du FNB par le gestionnaire du FNB (par exemple, Hamilton ETFs), qui achète ou vend les titres sous-jacents pour le FNB.

 

[1] Du 1er avril au 19 avril 2021.

Hamilton ETFs:
focused 
solutions 
for 
your 
portfolio.

Stay Informed!

We are Canada's leading specialists in the financials sector.
Subscribe to get notified of our latest insights, updates and upcoming events.